Saigner de l’âme dans les toilettes d’un bar.

Gossage, c’est du criss de gossage. Gossant gossage qui gosse, estique que ça a pas d’allure. Ma fille, si  t’es assez game pour texter un gars des affaires cochonnes dégueulasses pour le faire semi-bander à distance, je catch pas pourquoi t’es pas game de l’appeler pour lui dire : «Ben désolée, moi ce que je voulais, c’était être avec toi, toi, tu veux être avec moi une fois sur deux, too bad, je vais continuer ma vie de ce côté-ci et toi, de ce côté-là. On va devenir deux belles lignes perpendiculaires qui se sont croisées à une place, mais qui vont s’en aller chacun de leur bord à’c’t’heure.»

Parce qu’avoir un petit peu de quelqu’un, c’est mieux que de pas avoir de quelqu’un du tout? Ouash, il s’est perdu où ton orgueil, ma chouette? C’est quand que tu t’es dit : «Moi, des miettes, ça me va. J’aime mieux des miettes que rien pentoute. De plus, c’est exactement cela que je mérite.» PIS LA ON PARLE PAS DE FAMINE OK. Je parle de relations interpersonnelles entre homme et femme et femme et homme et femme-femme-homme et homme-femme-homme, je m’en torche, l’orgueil en prend un coup ces temps-ci avec les messages textes de marde que les gens s’envoient ça a pas d’allure. Je pense à toutes ces fois où j’ai tenu mon cellulaire dans mes mains en le touchant un peu pour le voir s’allumer sur ce qui aurait pu être une petite enveloppe dans le coin supérieur gauche de l’écran ou toutes ces fois où je l’ai senti vibrer (je le sentais vraiment) mais que NOOOOOOOP. Nada. Et ma mère qui me disait : «Mais il est gentil avec toi, lui ?» (Ouais pourquoi ?) «Ben il est où en ce moment ? Je comprends pas comment j’ai pu te montrer à marcher pis à parler pis à avoir une bonne hygiène pour que finalement, tout ça te serve à attendre un message texte qui viendra pas parce que y’est pas là ton dude pis que si y voulait être là, il serait là. Prends sur toi, va jouer dehors, oublie ton cell, joue du violon whatever j’sais pas, si t’as trop de temps libres, trouve-toi une deuxième job, j’en reviens pas que je t’ai montré à bien t’entendre avec ton frère, à faire des compromis, à partager pis que j’ai pris de mon temps pour jouer au jeu de mémoire avec vous autres pis que toutes ces skillz là que t’as, te servent à attendre un message texte ou un appel de j’sais-pas-qui qui t’a fait j’sais-pas-quoi j’sais-pas-où, mais je me doute que c’était pas gracieux. Y’a aucune mère qui a élevé son enfant en espérant un jour pouvoir souper avec lui pis son cell. Y’a aucune mère qui a élevé sa fille en espérant qu’un jour elle se fasse bagner une fois par mois dans le noir vers 3-4 heures du matin par un gars qui semi-bande parce qu’il est trop saoul pour faire l’amour à sa fille. Y’a aucune mère qui élève son gars en espérant qu’il appelle une fille vers 2-3 heures du matin pour la bagner dans le noir semi-bandé.»

L’autre jour, j’étais dans un bar, dans les toilettes d’un bar, pis je me lavais les mains. Relaxe, j’ai pas fait chier personne. Deux filles discutaient entre elles, je les ai pas fait chier. Une des deux filles a quitté, l’autre s’est retournée vers moi, elle m’a lancé : «Toi, t’en as-tu des problèmes avec les gars?» Yo, moi j’l’avais pas fait chier. AYE NON MAIS A VOULAIT DONC BEN EN PARLER. Ton jardin secret y’est en jachère à grandeur ces temps-ci ma belle? Sérieux ok j’exagère ça me dérange pas tant que ça de jaser avec une fille dans les toilettes d’un bar de ses problèmes de gars, moi too quand j’avais 16 ans un moment donné je me suis enfermée avec une de mes meilleures amies dans une toilette pour parler de mon petit ex que j’aimais encore pis elle avait les yeux pleins d’eau à m’écouter, on s’est serrées dans nos bras, c’était vraiment un beau moment, si je me concentre je me souviens de ce qu’on portait, presque. Je me dis que peut-être cette fille-là elle a pas de meilleure amie pis 16 ans ou 22 t’sais ça change quoi, y’a pas vraiment d’âge pour brailler dans les toilettes, pis t’sais qu’on soit dans une maison ou un bar en tant que tel, ça fait pas full de différence, anéwé elle était saoule, ça excuse tout. (Ici cessera le sarcasme) Elle ne connaît pas mon nom et elle me demande ce qui se passe de bon dans ma vie sexuelleslashamoureuseslashpersonnelle. C’est correct, tout le monde fait ça. La seule affaire triste, c’est que c’est correct, tout le monde fait ça.

Je lui ai demandé pourquoi elle s’acharnait, elle avait l’air stressé, elle avait l’air déçu, ça avait pas l’air d’en valoir la peine. Elle m’a répondu: «Il est trop sexy.» J’ai saigné dans mon cœur de femme, j’ai saigné à la grandeur de mon âme de femme qui peut voter que la sexiness d’un boy te fasse ramper comme une petite larve écrasée en dessous de son soulier sexy. J’ai saigné des yeux parce que c’était très laid de te voir dire ça et j’ai saigné du nez quand tu m’as accusée d’avoir un chum. Oui, tu m’as accusée tu as dit : «On sait ben, toi, tu dois avoir un chum.» Tu m’as accusée d’avoir un chum comme on accuse quelqu’un d’avoir un diplôme. Tu m’as accusée comme on accuse quelqu’un de parler anglais, on sait ben toi, avec ton anglais, tu vas l’avoir la job. Tu m’as accusée d’être bien dans ma peau parce que j’avais un chum. Tu m’as retournée de bord parce que je voulais pas te plaindre ni t’encourager à t’enfoncer. Tu as pris pour acquis que si je trouvais ça niaiseux tes épanchements sentimentaux, c’est que j’en avais pas, parce que quelqu’un m’attendait chez nous pour me flatter les cheveux. Je catche, la solitude c’est envahissant, dure à gérer, paralysant, angoissant à mort, mais ma maudite, tu as pris pour acquis que si j’étais capable de stand up, c’est parce que y’avait un gars caché en quelque part derrière moi qui faisait genre bouger mes bras, une sorte de pantin vivant avec un beau marionnettiste (sexy) en arrière qui attendait juste que je présente une petite faille dans mon estime personnelle pour ressurgir à mes côtés pour me rassurer en me disant que j’suis belle parce que sinon j’en aurais aucune idée ou quoi?

Ma maudite je sais pas ce qui me fait le plus de peine. Je voudrais tellement que tu réalises que le regard d’un homme sur tes boules, c’est pas tout dans la vie. C’est sûr que d’être dans une équipe, ça aide au moral, on s’associe à quelque chose, à quelqu’un, quand ça nous tente pas de nous lever pour aller se chercher du yogourt en écoutant un film ben des fois lui ça lui tente, c’est cool, partage des tâches domestiques. Là où tu me perds, c’est quand tu prends ta face de fille désolée pis que tu te demandes pourquoi ça me tente pas de te parler avec qui je couche en prenant pour acquis que c’est parce qu’il va me battre si je le fais ou j’sais-pas-trop quelle niaiserie de même. J’aimerais savoir c’est quand est-ce que tu t’es dit que pour être stable, tranquille, rationnelle, fallait que quelqu’un te flatte le dos? Faut vraiment apprendre à se trouver cool.  C’est pas facile, y’a des journées où c’est l’enfer pis t’as vraiment besoin que quelqu’un que tu estimes te dise de pas lâcher, t’as envie de te confier, de t’effondrer dans les bras de quelqu’un, mais continue, un moment donné tu vas y croire, pis tu vas vouloir plus que des miettes, je te le jure, pis à ce moment-là, toi aussi ça va t’insulter que quelqu’un t’accuses de pas y être arrivée toute seule.

Saigner de l'âme dans les toilettes d'un bar

Tu t’ennuies quand tu es entourée et tu t’ennuies quand tu es toute seule, trouve-toi des qualités je vais te dire, ça aide.

Photo : Christian Quezada