Des nouvelles de l’ouest d’un autre pays.

Salut ma belle Myriamour, merci de me donner des tes nouvelles. Des olympiades d’hiver! Nice job de rêve ma fille, tu fais ben ça, j’ai eu l’impression d’être dans ta cuisine à m’étirer la jambe sur le comptoir pendant que tu me contais ça (dis pas à ma mère que je mets ma jambe sur ton comptoir please). En ce qui concerne ma propre quotidienneté, j’avais l’impression que rien se passait (quotidien style), mais tantôt on a skypé un peu avec Sammy pis j’ai réalisé qu’il se passe des trucs, c’est peut-être aussi parce que Fred dit 50 mots pour dire des affaires qui peuvent être dites en 3 mots par moi, mais qu’est-ce que tu veux, c’est de même qu’on décroche un diplôme, c’est pas pour rien qu’elle s’en va à la maîtrise. Alors je vais faire comme si j’étais Fred, c’est pratique et ça commence déjà bien regarde déjà tout ça d’écrit.

Il se passe des choses, mais va pas croire que LES CHOSES SE PASSENT 😉 il se passe par exemple que c’était le départ de Jules lundi alors on est allés où on travaille et Morgane était saoule alors elle avait oublié que Max lui a dit cinq fois que c’était fini entre eux. Ben pas fini genre «salut Mor, ça va? Bonne soirée, j’veux pu te parler, t’es laide, beurk beurk», mais fini genre «salut bébé ça te tente tu qu’on jouisse à soir? Idéalement en même temps en écoutant de la musique trash parce que les deux on aime ça jouir et la musique trash, mais la musique trash c’est surtout pour que ça enterre les bruits qu’on va faire tout le temps qu’on va travailler pour jouir idéalement en même temps». Elle était déçue parce qu’elle avait parlé de lui à tout le monde dans un party en étant vraiment saoule en disant que c’était l’homme de sa vie parce qu’elle croyait aux âmes sœurs depuis qu’elle l’avait rencontré. Je me dis que c’est ben tanpis, elle avait juste à fermer sa gougoune t’sais, elle a couru après son humiliation que je me dis, je la juge pas moi je cours toujours après le trouble, ça s’équivaut. T’es tu un peu d’accord? On dirait je pense que oui.

Aussi moi je travaille tous les jours à 7heures alors c’est sur qu’il se passe moins de choses quand à minuit on lit Madame Bovary dans son lit, je suis jamais à la recherche du grand frisson de soirée comme si je travaillais juste à 14heures le lendemain genre COME ONNN JE TRAVAILLE JUSTE À 14 :00 (prononcé deuzeures) DEMAIN PAS LE CHOIX DE FAIRE DE QUOI. Anyway Bovary a me fait réfléchir là t’sais, un bon classique de la littérature hen, l’adultère pis toute ayoye hen. Bon.

Hier Fred m’a dit que j’y ai jasé ça quand elle est arrivée à maison, je la crois sur parole parce que moi je m’en rappelle plus, ça faisait déjà 30 minutes que je dormais et je sais aussi qu’elle avait fumé un joint de pot avec Jon fak t’sais dans le fond j’ai pas du manquer grand chose parce que ça devait pas voler haut cette conversation-là, la buzzsleepy pis la buzzweedy. Moi là quand quelqu’un dit «j’ai pas fait grand’ drogues dans ma vie, j’ai juste fait du pot» ben je le crois sur parole, j’ai même pas envie de m’obstiner parce que faire du pot, ben c’est comme se mettre du mush dans le nez, faire deux cokes pis manger de l’héro. Parlant de joint de pot, je reviens plus tôt que prévu finalement parce que j’ai accepté un stage en enseignement dans un CÉGEP. Je dis ça comme si je faisais une faveur au CÉGEP, c’est pas comme si j’avais gagné quelque chose non plus, c’est pas du hasard, mais c’est qu’à mon travail j’ai dit «yeah I have to leave, I accepted an internship in a school back in Montréal» je sais même pas si ça se dit, mais me semble j’ai déjà entendu ça, mon niveau d’anglais est rendu pas pire high level, je dis des phrases de chansons sans leurs mélodies, le monde s’en rend pas ou peu compte pis je vois dans sa face qu’il me trouve de plus en plus meilleure. Sauf une fois une fille m’a dit : «I understand everything, good job!» et j’ai répondu «all the things she said». Ça a pété le beat de mon ascension vers le monde anglophone, mais le lendemain ça avait l’air correct. «Everything little thing is gonna be alright» que je me suis dit.

Fak c’est là le 20 août je suis back avec idéalement un bon petit montant de pognon qui fera que j’aurai pu à travailler pour le reste de mes jours, mais dans la réalité à peine de quoi survivre quelques semaines je pense. On pourrait courir ensemble si tu veux, courir le dimanche ça se fait bien on se sent mieux le lundi pis anyway on se sent toujours un peu mal de sortir le dimanche. Là je parle pour moi bien entendu, mais je t’inclus parce que j’y crois, à notre course, toi je pense pas que le mot dimanche t’empêche de sortir, parce que la preuve je sais qu’un moment donné Entrée Interdite t’avait même pas empêchée d’entrer, t’as toujours été plus game que moi, moi je me souviens quand j’étais jeune un moment donné on avait pilé dans un jardin le soir chez une madame pis j’avais peur qu’elle me retrouve avec le footprint de mes shoes fak.

Jon est encore trapu, vraiment smarty, il a encore ses beaux cheveux de prince et je commence à assimiler qu’il est parfois de mauvaise humeur et que dans ce temps-là il y a rien à faire, faut pas m’en vouloir j’avais jamais vraiment catché, j’ai de la difficulté à comprendre que y’a du monde que deux trois jokes bien placées ça suffit pas à les défâcher, c’est vedge je comprends plein d’affaires genre la théorie bourdieusienne sur l’autonomisation du champ littéraire et je suis capable de l’appliquer dans mon quotidien, mais y’a plein d’autres choses que je catche pas genre Jon qui est pas chatouilleux mettons, mais qu’il se force même pas pour rire un peu. En tout cas, il a l’air heureux dans la mesure où on peut l’être et là-dedans je m’inclus évidemment parce que qui est-ce qui est heureux de façon démesurée je me le demande bien. Il aime lire, apprendre, s’obstiner avec Fred sur qui a dit quoi et qui a pas vraiment dit ce qu’il voulait dire mais que finalement il se rappelle qu’elle a dit ça il y a deux ans dans un demi souffle alors ça comptait pareil parce qu’elle avait l’air de le penser vraiment alors c’est un argument poids dans la conversation. Des fois je m’en vais de la conversation parce que j’ai peur qu’ils se retournent vers moi en disant «toi? T’en penses quoi?» Ouash dans ce temps-là hen comment on se sent.

J’avais une amie à ma job pis elle a trouvé le moyen de crisser son camp. Ça me fait penser à la mère d’un gars que j’ai aimé elle m’avait dit un soir à table «t’en as beaucoup d’amis toi, moi j’en avais juste une pis elle a trouvé le moyen de mourir». C’est pas vraiment comparable, mais t’sais Annie était vraiment smatt pis je travaille des fois onze heures d’affilées depuis qu’elle est partie fak t’sais moi too je fais un peu pitié. Bon donne-moi des nouvelles, je t’aimebrasse bien fort.

DSCN1481

Aussi Annie un moment donné m’avait dit «I don’t really date guys» j’avais répondu «it is such a crying, crying, crying shame».