Une petite déception.

Salut mon cœur,

je t’écris ce matin pour plusieurs raisons, l’une d’entre elles c’est que je veux pas t’appeler, mais que l’envie de te parler est quand même là t’sais y’a comme rien à faire c’est niaiseux j’ai rien à te dire, mais je me dis que si on soupait ensemble je trouverais quelque chose à te parler faque je me dis que sûrement si je t’appelais ça viendrait tout seul, mais quand même je vais pas t’appeler parce que maintenant j’ai besoin d’une RAISON pour te parler et que j’en ai pas. J’ai besoin d’une raison pour plusieurs choses en moment, je devrais idéalement m’en faire une, ça c’est plus compliqué. Je veux pas t’appeler et ça aussi pour plusieurs raisons, la première c’est que je veux pas te rassurer, je veux pas t’appeler et te dire salut ça va et que juste ça ça suffise à t’apaiser tsais à te dire que je vais m’en remettre, saches que oui je vais m’en remettre, mais c’est pas de tes côlisses d’affaires que je vais m’en remettre, je vais m’en remettre je peux te le jurer, ça va être long ça va être tough mais ça va se faire, la raison a ses raisons que le cœur n’a pas qu’on dit pas mais que moi je dis. Je vais donc pas t’appeler parce que je veux pas t’apaiser un peu avec cet appel-là, mais je vais quand même flatter un peu mon cell de temps en temps, mais c’est pas de tes affaires, t’as choisi qu’on serait plus ensemble, assume estique moi je vais apprendre à vivre avec tes erreurs, sans toi. Je vais pas t’appeler parce que je veux pas que tu dormes mieux que moi cette nuit, je veux qu’on soit égaux et ça implique que je doive cesser de te rassurer, comme toi tu le fais avec moi, pas me rassurer. Je veux pas que tu feels mieux après mon appel. J’t’année d’être celle qui aime de façon inconditionnelle. Je veux pas que tu te dises que je suis pas fâchée contre toi, je suis tannée de te justifier, de t’excuser, de t’aimer malgré tout. Y’a des hosseties de limites à l’amour que je me dis, c’est juste que des fois t’sais je me dis aussi que j’ai peut-être un trouble d’opposition avec moi même; je teste mes limites plus souvent qu’autrement, je défie ma propre autorité genre trouble d’opposition avec provocation même.

Je me console en me disant que je suis pas l’océan, y’a moins de chances que je finisse noyée en testant mes propres limites, ouin c’est ça que je me dis pour me consoler tu vois le genre de consolation que je suis rendue à me quêter. Les prochains temps seront pas évidents. La semaine prochaine je veux aller à la cabane à sucre, tu vas être triste quand tu vas savoir que j’y suis allée sans toi parce qu’on voulait y aller ensemble et moi je vais être triste quand je vais y aller sans toi parce qu’on voulait y aller ensemble. Tu m’as appelée hier tu paniquais tu disais que tout autour de toi te faisait penser à moi, mais tu m’as pas demandé de revenir faque je t’appellerai pas aujourd’hui. Ma mère pis mes frères sont frus contre toi just so you know. Ils t’aimaient de tout leur cœur mais ils m’aiment mieux moi gnagna.

Être avec quelqu’un c’est pas seulement être avec quelqu’un quand ça va bien, on est une team, on est ensemble quand on rit, mais quand on se crispe la face de douleur itou.

C’est important pour moi de savoir si tu l’as rappelée finalement après que je me sois poussée de chez nous parce que j’ai déjà imaginé la chaine que je t’ai offerte entrain de lui tapper sur le menton pendant QUE.

Le mal s’est fait et se fait toujours, je pense.

Là là, est-ce qu’il faut que je blâme nos amis est-ce qu’ils savaient que tu avais l’intention de KETCHOSE j’sais pas, est-ce que c’est pour ça que t’as décliné l’invitation à la fête de mon frère le mois passé, avais-tu prévu ton coup, t’as arrêté de créer des souvenirs?
Je me suis dit que moi aussi j’étais capable d’être attirée vers quelqu’un d’autre que toi des fois dans la rue y’a des gars qui me regardent ben oui je suis dans leur champ de vision mais je pourrais m’arranger pour être carrément dans leur ligne de mire c’est ça que je me suis dit ok, mais après ça je me suis demandé si on pouvait tromper quelqu’un qui nous avait préalablement trompé, t’sais est-ce que ça relève encore de la tromperie? Parce que bon han on jouera pas sur les mots, tu m’as trompée, je me suis trompée, on s’est trompés han.

Mon but c’est que tu souffres comme moi je souffre de t’imaginer avec quelqu’un d’autre, que tu l’embrasses les yeux ouverts, c’est tellement gossant que tu embrasses les yeux ouverts, mais t’sais que tu m’embrasses moi les yeux ouverts c’est déjà moins gossant que quand je pense que tu veux embrasser quelqu’un d’autre les yeux ouverts tu vois.

Sauf que là, mon dilemme, c’est que si je FOURRE avec quelqu’un d’autre… regarde ben oui on fourrait (passé de fourrer) ensemble c’est ce que je faisais le mieux estique fourrer avec toi j’aurais même pu l’écrire dans mon C.V. : Fourre vraiment bien quand il est question de fourrer avec Lui. En tout cas quand je m’imagine fourrer avec quelqu’un d’autre, je m’imagine surtout t’appeler disons deux heures plus tard pour te dire «Ouin y’est arrivé quelque chose» tu comprendrais en deux secondes pourquoi je t’appelle, y’aurait pas trop l’effet de surprise qu’il y a eu dans mon cas, ça atténuerait un peu la violence de ta réaction émotionnelle, en plus tu ressentirais surtout des remords face à tes propres gestes, ça revient toujours à toi tu vois, c’est pénible. Tu serais déçu, oui, que j’aie fait les mêmes trucs à un autre, que j’aie dit les mêmes trucs à un autre. BEN LÀ OUI DIRE LES MÊMES TRUCS COME ON je vais pas inventer des affaires à dire à un autre qui est pas toi juste pour pouvoir te prouver que je suis capable de fourrer sans toi, je vais sûrement l’appeler comme toi je t’appelle, c’est ça fourrer par vengeance, mon cœur. Tout le long qu’on fourre on pense juste au fait qu’on fourre par vengeance. Toi, penses-tu à moi quand tu fourres par tristesse? Oui, toi tu fourres par tristesse, moi par vengeance, tu fourres en te disant que ça t’attriste de m’imaginer triste moi je vais fourrer par vengeance parce que, que même si tu m’imagines être triste tu fourres quand même.

En attendant, je vais quand même pas t’appeler. Je pense rester avec mon idée de guerrière solide et juste attendre quelques mètres, mois, heures, logarithmes, sans toi.

000001640014

Apprendre à vivre avec tes erreurs, mais sans toi.

Photo : Christian Quezada