Vers minuit le mercredi soir.

 

– TABARNAK
– […]
– SIBOIRE.
– […]
– Ah ben côôôôôliss.
– Arrête donc.
– Tabar!
– Qu’est-ce qui se passe?
– Laisse faire toi, laisse-moi faire!
– CÔLISS.
– Quoi?
– Laisse faire! Si t’avais à le savoir, tu le saurais.
– Ah esti je viens de faire un bad move. Ça va me coûter cher.
– Genre ta job?
– You old fart! Ahhh non laisse faire c’est correct finalement.
– Ahhh criss.
– Quoi?
– Laisse faire. Ma vie, c’est de la marde.
– Ok là, c’est fini, on se couche.
– Non, j’ai pas fini.
– Sérieux là couche-toi t’es trop agressive.
– Regarde qui qui dit ça! Monsieur tabarnak! Tu dis ça juste parce que ça va ben tes affaires faque tu t’en fous que moi ça aille mal.
– Non là on exagère, c’est fini, dodo.
– Ok. Je finis juste ce tableau-là.
– Ok je vais t’aider.