Le kick out kick in.

Tout le monde tombe comme des mouches d’amour autour de moi en ce moment.
Ils se reconnaissent plus dans ces châteaux qu’ils ont bâtis loin des autres qui leur disaient de pas faire des châteaux, c’est trop haut tu vas tomber longtemps je t’avertis descends de ton échafaud fais pas l’épais est-ce que tout ça en vaut vraiment la peine je m’en fous! qu’ils disaient et tous ces escaliers qui nous séparaient les uns d’eux autres ils les montaient un par un deux à deux en riant full fort. Je m’en souviens. On se regardait, le sourire timidé de leurs forteresses de protection de leurs aventures nouvelles qu’on se forçait à trouver nouvelles.

Je voulais qu’on se réfugie juste tous les deux dans quelque chose de plus grand que moi.

Je les revoyais de temps en temps quand c’était considéré comme important pour la politesse, mais quelque chose avait fini par s’user entre nous. Ils utilisaient des mots qu’ils disaient que je pouvais pas comprendre, mais je comprenais. Tout le monde à déjà parlé cette langue-là. Qu’est-ce qu’ils ont tant à se dire? que se demandait ma mère quand je raccrochais d’avoir parlé trois heures au téléphone et qu’est-ce qu’ils ont tant à se dire que je me disais de ceux qui se construisaient ces châteaux full hauts à quarante tours dans lesquels moi je me disais qu’une seule tour j’en aurais en masse pour installer mes trois paires de chaussures et mon matelas gonflable. Souvent j’ai pensé à l’union parce que j’ai regardé dans des yeux plus longtemps que trois secondes, mais j’ai jamais voulu bâtir ce genre d’immobilier avec qui que ce soit je pense qu’il y a quelque chose que moi aussi j’ai peut-être pas compris. Ça vient qu’on sait pu han qui qui dit bien les choses pis qui qui les dit pour vrai, moi perso je sais pas faire la différence.

En ce qui concerne les châteaux déçus aux mouches qui tombent de haut ça fait qu’on sait pu quoi dire non plus parce que des fois on a envie de lui shaker le pommier en haute saison, mais finalement il est déjà trop tard et je fixe les yeux mous de la personne aux poches pleines de pierres inutiles et je prévois de m’acheter une chaise berçante pour le bercer d’amour pendant longtemps parce que j’ai pas encore compris comment disséquer le feeling pour en faire quelque chose de logique et potentiellement rentable.

Si y’avait un remède, premièrement je me le serais administré il y a longtemps, deuxièmement je me serais rendue riche avec et puis finalement je te l’administrerais, promis.

Je sais juste que si on se berçait plus y’aurait moins de lourdeurs je pense alors je le serre très fort j’essaie de prendre son fardeau subtilement, ses vieux cailloux passés date avec lesquels il essaiera encore de bâtir des cathédrales dans le fond de sa caboche, ça a l’air étourdissant la reconstruction de châteaux détruits. J’ai toujours envie de lui offrir un verre d’eau parce qu’il a l’air tellement sec.

C’est fini. Elle est partie.

Ouais, viens je vais te bercer veux-tu un verre d’eau mon amour je t’ai jamais vu aussi sec il faut boire plus d’eau il faut se faire des infusions. Il était la feuille, elle la pluie chaude, ils étaient l’infusion. L’infusion. Des fois c’est qu’on se ment des fois c’est qu’on comprenait pas l’ensemble de la situation des fois on avait besoin de longues-vues pis sont jamais venues les maudites, des fois aussi ça arrive comme quand on commence un livre pis qu’on embarque jamais des fois finalement on s’acharne pis ça fonctionne, des fois on se dit si j’avais su, des fois on se dit j’ai toujours su.

Je fixais le plafond, la cuisse par-dessus quelqu’un qui m’estimait et qui dormait à mes gros côtés de corps imparfait comme dans les films où on se force pour crisser un corps imparfait dans le casting. Lui, il dormait aux côtés de quelqu’un qui fixait le vide et il l’estimait en même temps. Un empêche pas l’autre finalement je l’ai compris avec le temps t’es pas obligé d’être réveillé pour estimer c’est correct de dormir là-dessus aussi des fois. C’est pas parce que t’es éveillé que t’estimes bien les choses non plus. Faut pas confondre.

J’avais passé la soirée à me faire raconter les traits d’amour et de violence d’un amour ecchymose encore une fois et je savais pas quoi dire à celui qui voulait continuer de se battre qui se disait que la vie c’était elle, que sa vie c’était cet amour-là bleu autour du cou, même si je m’étais souvent prise à espérer avec eux des jours comme les anciens qu’ils avaient connus, j’avais pas envie de lui dire de continuer d’alimenter le petit bulldozer en elle. Moi-même j’y croyais pas vraiment en tout cas pas plus que six mois le temps de se coucher les deux côtes à côtes épaules à épaules front à front et de se dire que vraiment on l’avait trouvé comme dans les films où ils oublient de mettre des personnes avec des courbes imparfaites dedans tu vois le genre de film. On se remplit d’une énergie saine on mange moins ou plus de légumes verts je sais pas comment l’expliquer, mais on se trouve beau tout à coup, au complet, c’est rare que ça arrive on en profite, on se dit plus tard qu’on aurait dû en profiter plus, mais crois-moi on en profite et y’a pas vraiment de façons d’en profiter plus rassure-toi. Lâche le petit marteau avec le lequel tu te troues la tête. On s’en rend plus ou moins compte, on met un pied à bord puis les deux, on a le cerveau qui flotte, on le fait, on essaie, c’est correct on aimerait ça pour une fois peut-être que pour nous aussi? On marche plus vite dans la rue pis le jour se lève pour nous juste pour nous on en est presque persuadés si on s’arrêtait pour y penser deux menutes et un nous interviewait sur l’origine du monde on penserait à répondre son nom, on le dirait pas pour pas faire rire de nous, mais c’est quand même ça qu’on penserait.

Peut-être que le kick en vaut l’échafaud, je sais pas.
Un lendemain de speed à grande échelle.
Des stépettes que tu penses éternelles, ton élastique de jogging te pète dans la face.
Je comprends, viens on va se bercer, mais je te ferai pas de jurasses.
Ton cœur sur la tablette on va le laisser se recharger.

Pus jamais! qu’on s’entend dire en osant pas y croire vraiment.

Elle reviendrait et je lui ferais une place. Je suis prêt à oublier.

Dis pas ça. Une partie de toi est morte cette soirée-là, d’aussi haut que je me souvienne, je l’ai vue tomber longtemps de tout ce que vous aviez charpenté à coups de canif même pas coupant dans du bois de grange avant même que ce soit la mode. Vous étiez pas pressés, dans le temps. Là elle se presse contre le corps imparfait d’un autre, mauvais casting mauvais timing on le saura sans doute jamais. C’est presque ça le plus difficile parce que peu importe ce que tu vas faire, ce sera pas la chose à faire, j’te dis. Une chose que je sais juste te dire que même si tu crisses de l’eau bouillante dans ton café froid pendant quatre ans, ça reste quand même un café froid. Pis tranquillement même que c’est pu un café. CHU QUI MOI DANS LE FOND?

Je m’endors aux côtés imparfaits de quelqu’un qui m’estime en fixant le vide pendant qu’il dort et je me dis que cette fois-ci, je serai pas celle qui te convaincra que le kick en vaut la chandelle. Y’aurait pas de persuasion dans ma voix et tu sentirais aucun désir de ma part pour de l’échafaudage de quelqu’architecture que ce soit. J’suis pas convaincue des châteaux, j’suis fed up des palais, hangover des bastilles. Sorry.

39110003

C’est ça quand le kick in kick out. Ou l’inverse si t’aimes mieux.

 

 

Crédits photo : Christian Quezada