Une personne ordinaire.

 

Je suis une personne ordine. Depuis que mes amis ont des jobs qui fittent (des fois crissement plus ou moins) avec leur champs d’étude ou en tout cas des jobs en général qui les lient à des responsabilités qui vont mener à d’autres responsabilités blaaaablaaableuuhhhhh, je les texte des fois le matin : «Bonne journée d’adul.» Sont obligés de se lever, les petits menés. Ils peuvent pu faire les calculs genre : «J’en ai manqué aucun à date cette session-ci, je peux ben faire ça, juste ce matin, en plus je suis même pas hangover faque je suis pas irresponsable de pas y aller.»

Je suis une personne ben ben ordine : quand je me réveille le matin, j’haïs ça quand mon cadran sonne, mais j’ai ma petite routine que je connais à la minute près ce que j’ai le temps de faire ou pas avant telle ou telle minute pis après ça quand je décide de dépasser ces minutes-là je suis capable de faire le calcul de quoi d’autre va falloir que je coupe dans ma routine matinale pour me rendre à la job à l’heure. Me faire un café, c’est genre 8 minutes, pis prendre le temps de le boire, c’est + 12 si je mets beaucoup de lait dedans, comme ça je peux commencer à le boire tout de suite à la première seconde. Kin.

Une personne ordinaire qui des fois fait des jeux de regards avec son ami pour dire : «Ok là je te vois aller, t’es entrain de mentir à Marc, mais tu me regardes avec ce regard-là ça veut dire que là les deux on va mentir à Marc parce que je suis plus proche de toi que je le suis de Marc faque tu vas mentir à Marc dans la prochaine conversation pis je vais rien dire, je vais mentir par omission pour toi.» Être deux dans le mensonge c’est correct ça sonne plus complicité entre nous que mensonge envers Marc ok, let’s go. Des fois, en personne ordine que je suis, je mens un peu, mais je pense que si je dis la vérité dans un court lapse de temps après avoir dit une menterie, ça compte pas ou très très peu. Je suis une personne ordi qui prend pour acquis que si on s’excuse assez, y’a pas de raison pour que le monde nous excuse pas.

Une personne ordi qui pense que manger de l’hummus c’est santé pis qui ressent pas le besoin de dire «nous avions» au lieu de «on avait» parce que des fois ça fait comme si je me vantais de l’avoir déjà lu en quelque part pis que de plugger « nous avions » de même, entre deux puffs de bat ça fait weird pis j’ai l’impression que les autres autour se sentiraient pas ben que je dise « nous avions ». Je dis toujours « on avait » comme tout le monde pis je me sens bien de dire on avait. Même à l’écrit j’écris jamais « nous avions » c’est ça, c’est la vie des gens ordis.

C’est nice être une personne ordi parce qu’on est une coupeule à être de même, juste ordi, pis fêlé un peu des fois comme quand le monde déplace les tapis chez nous pis qui les replace pas après, ça me rend folle dingue de problème de personne ordinaire. Je regarde le monde comme si y’avait sauté les pieds plein de bouette dans mon lit sur mon oreiller, sur ma doudou, j’ai envie de dire MOI JE VAS TU CHEZ VOUS TOUT COCHONNER TON APPART NON FAQUE REPLACE DONC MON TAPIS maudit sans dessein non mais si t’es pas capable d’apprendre à être un citoyen adéquat par toi-même, va sur Youtube il doit ben avoir un tutorial pour ça j’sais-tu.

Je suis une personne ordi, j’ai une tasse préférée chez nous qui a sa place dans mon armoire, je place toujours ma tasse au même endroit à un centimètre près pis personne a le droit de boire dedans, mais personne le sait faque des fois y’en a qui boivent dedans pis ça me fait chier. Je les regarde toute le long pis j’ai juste hâte qui finissent leur breuvage pour que je puisse laver ma tasse pis la remettre à sa place.

Je suis une personne ordinaire qui pense que boire une bière tout seul la semaine c’est vraiment dangereux pour l’alcoolisme, mais qui trouve relativement ok de s’en clancher 8 d’une shot dans un party.

Je porte moins souvent mes vêtements préférés parce que je veux pas qu’ils s’usent trop vite.

Quand ma vaisselle est faite, j’ai l’impression que mon appart est fucking clean.

Quand j’ai pas mon cell, j’imagine que 100 personnes attendent après moi en quelque part que j’ai sûrement oublié où, mais ça doit être vraiment important sauf que personne peut me le rappeler parce que j’ai pas mon cell, faque je badtrippe un peu pis là ben pour me consoler je me souviens du temps où les gens avaient pas de cell pour se rejoindre, pis ça fonctionne pour me calmer pour vrai.

Avoir un plan de tomates chez nous ça me fait sentir responsable.

Quand une de mes plantes meurent j’ai le goût de brailler.

Je m’achète un gros criss de basilic une fois par année pis je me fais croire que je vais faire du pesto avec, mais finalement il finit par mourir pis je fais juste brailler.

Je me fais souvent la réflexion que le bonheur pis la tristesse sont en compétition illégitime parce que y’a plein de façons d’être triste, mais pas full de façons différentes d’être heureux. Après avoir écrit une phrase de même je me sens mal parce qu’au fond le bonheur ça existe pas. Après je me dis que je devrais supprimer ces deux dernières phrases là parce que y’ont pas rapport, mais je le fais pas parce que criss si y’a du monde qui parle de tuer des « estis de cyclistes caves » sur Spotted Mont-Tremblant, ben moi c’est vraiment pas si pire que je parle du bonheur comme quelque chose de tangible pis d’en compétition avec la tristesse.

Quand j’écoute des vidéos Dove réalisées pour la confiance des femmes en elles-mêmes des fois j’ai des frissons pour vrai, même si je sais que c’est juste des stunts publicitaires je trouve que ce sont de beaux stunts publicitaires, même si je sais que les personnes choisies sont pas choisies au hasard pis qu’elles ressemblent jamais vraiment aux personnes que je croise quand je vais au dép, je trouve que les vidéos sont bien faites pis elles me donnent envie de pleurer quand les petites filles disent qu’elles se font souvent dire qu’elles sont pas aussi fortes que les gars.

Des fois j’en veux à ceux qui arrivent en retard au cinéma même s’ils m’empêchent pas vraiment d’écouter le début du film. Après ça je me chicane parce que je me dis que tout le monde a le droit à un film à l’air climatisé de temps en temps, je me sens mal, mais tellement mal que j’ai envie de leur sourire, mais là je me dis que si je me retourne je vais les mettre mal à l’aise faque je le fais pas, mais finalement je pense à ÇA pendant tout le début du film.

Je suis une personne ordinaire qui aime beurrer son beurre de peanut quand sa toast est encore chaude. Quand je change la police, dans mon traitement de texte, je me sens olé olé. J’aime ça aller à la pharmacie sans raison en particulier. Quand je suis en couple pis que je vois du beau monde l’autobus je me dis estique toutes ces belles personnes à portée de main avec qui je pourrais fourrer esssssttiiiquuueeee. Quand je suis célibataire pis que je vois un beau gars dans l’autobus, je l’ignore estique je suis pas folle.

Faut arrêter de chercher du monde pas ordinaire, on est tous des loosy, c’est nice. Je sais que dit de même, ça sonne pas très glamour, mais je me disais qu’on pourrait se coucher dans un lit, comparer nos nombrils pis se trouver uniques entre nous pareil.

IMG_9328

Faque, ça te tente tu ?