Qu’on se désole (encore ouin).

Salut!
Excuse de pas t’avoir redonné des nouvelles plus tôt. J’ai juste décidé de m’en aller de l’appart, de même, sur un coup de tête. J’ai envie qu’il s’endette en payant nos deux parts faque je dors sur le divan chez Vince. Il va pas vraiment s’endetter, parce qu’il veut sous-louer pis qu’un de ses amis va sûrement le prendre même dès la semaine prochaine, sauf qu’au début, c’est vraiment ça que je me suis dit. Comme s’il allait faire : «Ah non, pas m’endetter! Je t’aime finalement.» Tout se passe tellement vite ça a pas de bon sens. Ça fait déjà presque un mois que c’est fini. Ça a pas rapport, mais je suis tout le temps vraiment nerveuse pis là je viens d’accrocher ma tasse en me grattant l’oreille, elle a failli tomber pis j’ai fait le saut estique comme si quelqu’un était entré chez nous avec un batte de base. Woup. C’est fucké de dormir sur le divan chez Vince. Je me réveille pis il fait toujours un peu humide dans son appart, mais sa bonne humeur me fait plaisir pis il prend soin de moi ben il prend soin de moi comme Vince peut prendre soin de quelqu’un là. On fume pas mal de clopes pis je me suis mise à boire du gin. Mais je fais semblant que j’ai toujours bu du gin. Je fais semblant de plein d’affaires ces temps-ci.

Tout le monde est tellement smatte avec moi, tout le monde me fait la petite bouche de genre : «Oh criss! Je suis donc ben désolé» en hochant la tête pis me demande s’il peut faire de quoi pour m’aider. À date, on m’a offert huit divans pis deux lits. J’ai pas pris les lits parce que c’était genre des collègues de travail, mais quand même, deux lits, c’est hot.

Sinon dans l’ensemble je suis sur une bonne lancée parce que je mange rien faque je m’imagine que tout le monde trippe sur moi ben raide. Je suis sortie à La très chic Rockette l’autre fois pis y’avait un chanteur faque j’t’allée y montrer que j’avais perdu cinq livres y’a eu l’air d’aimer ça, pendant qu’on dansait il m’a demandé si je voulais qu’on s’en aille ensemble j’ai dit oui avec la tête en me mordant la lèvre oupelaye full cochonne. Avant de partir avec, j’t’allée aux toilettes pis quand j’ai vu ma face j’ai juste eu envie de me faire border avec ma doudou dans’ face. Quand je suis sortie pis que Vince m’a vu la face à son tour, il a proposé qu’on parte sans dire bye à mon nouveau chum-chanteur, j’ai fait semblant que je voulais pas pendant deux secondes pis deux autres secondes après je pleurais vraiment fort dans le taxi, couchée sur les cuisses à Vince, en gueulant ma souffrance au chauffeur. «Moi, je le sais qu’il aime pas parler de son père parce qu’il comprend pas encore les sentiments qu’ils entretiennent un pour l’autre, moi je le sais qu’il aime décider ce qu’il va porter le lendemain avant de se coucher le soir, moi je le sais que ses CDs sont classés en ordre alphabétique de première chanson. Elle sait quoi, elle? Elle sait rien. Elle sait rien rien rien rien rien rien riennnnnnnn. Moi, je sais touttotutoutoutoutoutoutout. Il peut ben arrêter de m’aimer, je m’en fous, je l’aime quand même. Juste pour le faire chier.» On est arrivé pis je me suis endormie dans ma morve. Ce lendemain-là a été particulièrement pénible, je m’en souviens.

Sérieux je m’aide pas tant à soir là, j’écoute Safia Nolin, le cover qu’elle a fait de Va-t’en pas sur YouTube sur repeat.

J’aimerais ça être capable de dire : «Sérieux tout est chill» quand le monde me regarde avec pitié, mais j’suis pas capable. Je mets tout le monde mal à l’aise parce que tout le monde aimerait mieux que je dise que sérieux tout est chill. J’ai supprimé son nom de mon cell, mais pas les messages parce que j’aime ça les relire faque dans le fond j’ai rien supprimé pentoute je peux toujours continuer la conversation quand bon me semble. Je le fais pas ou très peu là. L’autre fois, il m’a textée «Bonne nuit ☺» JE PENSE QUE TOUT N’EST PAS PERDU. Ahhh oui tout est perdu, c’était un textback, c’était pas sa propre initiative.

Je réinvente ma vie aux deux jours. J’ai fait du yoga une fois sur St-Lau, du yoga chaud pis drette quand le cours a fini je l’ai texté : «Je fais du yoga, maintenant!» Juste pour qu’il se dise que je vivais donc ben des affaires. Ça, c’était dans ma passe : «C’est pas parce qu’on est pu ensemble que t’es pu important pour moi, let’s be friend! ☺ ☺» Ça a toughé deux jours parce qu’un moment donné on était censé aller prendre un café (entre amis) pis il pouvait pu finalement pis il me l’a annoncé pendant que j’étais entrain de mettre le chandail qu’il aimait full faque ça a un peu chié mes plans d’amitié parce que j’ai jamais autant pleuré quand un de mes amis m’a annoncé qu’il devait annuler notre café ensemble. Je pleurais toute seule en brassière dans la salle de bain pendant tellement longtemps que j’ai fait croire à Vince que je me faisais les jambes. Je fais croire plein de petites affaires tout le temps. J’essaie de conserver ce qui me reste de self respect. Vince s’en foutrait de savoir que je pleurais, mais je veux juste pas lui tapper sur les nerfs.

Je pensais souvent à ma plug d’ordi que j’avais oublié à l’appart. Je sais pas pourquoi. Pourtant j’en avais trouvé une autre chez Vincent, je sais pas pourquoi, j’y pensais tout le temps. Quand j’t’allée la chercher, hier en finissant la job, je l’ai trouvée sur la table de la cuisine avec mon linge que j’avais laissé dans la sécheuse tout bien plié. J’aurais aimé ça trouver ma plug dans la chambre pis mon linge dans la sécheuse. À leurs places. Ça m’a décôlissée c’est fucké. Ça pis les deux verres d’eau sur la table de chevet. Mais quand même plus ma plug dans la cuisine. C’est pas explicable.

J’ai aucun repère, ma fille. Je me fais penser à un bébé sur une table à langer qui étire tous ses petits membres vraiment raides en hurlant. C’est comme ça que je me sens quand je me réveille le matin pis c’est encore comme ça quand je me couche le soir. À travers ça, faut que j’aille travailler, que j’aille à mes cours, que je sois fine de temps en temps pour que les gens que j’aime oublient pas mes qualités.

Avec ce qu’il me reste de censé, je vais essayer de pas trop coller longtemps chez Vince sauf que si c’était juste de moi, je passerais ma vie ici, stand by avant une autre vie qui s’enclenche. On dirait que chez Vince je suis un peu dans les limbes, si ça se peut.

Des doigts d'enfant

Stand by avant l’enfer, genre.

Crédits photo : Christian Quezada