Dormir dans mon chest.

par lolmaquerelle

On est assis à terre dans ton salon pis les deux on tète un thé à la menthe froid. Tout ce que je m’imagine, c’est de te peser tellement fort sur la tête qu’a rentre dans tes épaules. Tes bras se rejoignent en avant pour en former qu’un seul. Très étroit. Tes jambes rétractables te serviraient fin et elles seraient toujours rétractées à partir de ce moment-là dans tes très petites fesses. Tu ramollirais de tout le reste, je te malaxerais un peu et tu deviendrais une belle boule de pâte à modeler. Verte.

Après ça, parce que oui y’a une suite à ça, j’irais dans ton tiroir à ustensiles bizarres prendre ton couteau à pizza avec lequel personne coupe jamais sa pizza sauf toi. Je m’ouvrirais le thorax avec. Une belle longue ligne entre mes deux seins. Ma poitrine un peppéroni géant, coupé sur la longueur chaque partie aurait un poumon tout le monde continuerait de respirer, pas de panique la gang, tout est sous contrôle.  Je suis une professionnelle. Je crisserais la belle grosse pâte à modeler bien au chaud entre mes deux poumons sûrement roses vue que je fume pu depuis genre début janvier. Rose et vert les couleurs complémentaires qui font mon affaire.

Au début tu réagirais sûrement mal, je comprends l’affaire de tout le déplacement pendant que toi, t’avais juste prévu boire un thé chez vous relaxe ce soir là, quelques inconforts de plus ou de moins au point où on en est, c’est juste un peu de flafla dans ta jupe à crinoline. C’est dans ta nature de mal réagir anyway ça me brusque pas et je peux pas vraiment faire semblant qu’un peu d’orgueil dans ces moments là ça arrive pas, même aux meilleurs, en pleine transformation de ce qu’on a d’humain le plus profond en plaxmol par une ambulancière en talons qui fait juste se frotter le bout des shoes sur le tapis d’entrée vite vite avant de venir tout cochonner de tes plans initiaux. Devenir un mur. Très beige, très long, très invisible, j’ai compris, mais ça m’intéresse pas. Wwwwwweeeeeeoonnnnn je suis arrivée héhé frotte frotte les souliers, j’ai d’autres plans pour toi, embarque dans mon plexus solaire on regardera pus jamais en arrière.

Je refermerais ma cage thoracique avec des fils de spaghetti juste parce que t’aimes ça pis tu verrais que je sais que c’est temporaire, hello on se tresse pas une prison en pâtes tu le sais comme moi. À partir de là, t’aurais juste à te faire promener un peu partout dans la ville. Faire un beau dodo dans le portage nouveau genre on va faire fermer la boéte à ceux qui trouveront ça bizarre que t’aies plus que genre un an. Tayeule, tu traines ton bébé parce qu’y peut pas marcher? Bon ben je traine mon bébé parce qu’y peut pus marcher. Continue ton chemin mauvaise savante. Fais un beau dodo au son de moi qui passe une commande au café, je vais te donner un peu de scône au travers des spaghettis t’aimes ça les scônes tu te rendormiras après.

Tu dis j’ai pu d’amis j’ai pu de projets chu rien chu pas beau rien fonctionne. Je me dis ces mêmes choses là sauf le bout que je suis pas belle parce que ça je le sais que je le suis ma coiffeuse me le dit tout le temps en téka la différence c’est surtout que mon cerveau à moi est plus calme de ce temps-citte, il a pas envie de se sacrer à off tout le temps, c’est ma chance en ce moment. Je vais te faire profiter de ma chance, de mon cœur gonflé, de mes jambes solides. C’est la roue de fortune sans le bout de hasard. Ta tête va moins s’envoler partout où au moins elle va savoir où atterrir où revenir pis à qui dire bonne nuit.

Pour être honnête je vois ça comme si on était l’été, qui faisait 40 degrés dehors à l’ombre pis que j’avais une piscine pis pas toi. Ça me fait plaisir. Ça fait quelqu’un à qui parler qui écoute pas vraiment tes niaiseries, mais aussi un maudit bon public pour voir lesquelles de mes jokes pogneraient le mieux si j’étais Cathy Gauthier au Théâtre St-Denis. Ces temps-ci quand tu ris une de mes blagues j’ai l’impression d’être l’affaire la plus drôle au monde genre Beyonce clown en 2009 quand on l’écoutait sur repeat dans le local étudiant sur l’ordi de la personne full techno qui prenait ses notes de cours à l’ordi. J’aime ça partager ma piscine avec toi même si t’es pas vraiment du genre batchettes ces temps-ci. On est pas obligés de toujours faire des batchettes. Les batchettes me dérangent pas. Arrêtons de parler de batchettes. Ok je le dis quand même une dernière fois; batchette. Voilà c’est dit. Je sais que tu te dis que tout le monde t’invite à te baigner par pitié, mais moi je vois ça plus comme qu’on sait c’est quoi pogner des bouillons tout seul dans son bain pis on aime mieux être là mettons quand tu vas te mettre à caler dans le pas creux parce que tu trouves pu les marches qui sont dans ta face. En néons. Roses. On est dans une piscine disco du futur. T’adorerais ça. Sauf que là, t’es pas équipé pour reconnaître les beaux néons. Chu pas frue que tu remarques pas les beaux néons dans ma piscine imaginaire, mais je veux jamais que tu penses que pu jamais ça va t’intéresser, ces affaires-là. Ça va revenir. Le goût des aliments aussi. L’énergie.

Accorde-toi le droit pour le moment d’être un spectateur fatigué. Endors-toi dans la première rangée pis ronfle à t’en fendre la glotte. Deviens ton chat, attends que la vie passe en la regardant par la fenêtre. Mange, marche, dors, recommence. Les saisons vont passer date, mais toi jamais. Sans t’en rendre compte, t’apprends pareil. Tu vas vieillir vite dans les prochaines semaines, mais ça veut pas dire que tu seras pu jamais capable d’être émerveillé.

 

IMGP5404

Pour ta peur de devenir paresseux de la pensée, fais-moi confiance pour te buter dans les côtes si ça arrive. Deal?