Mes vacances de chanceuse.

par lolmaquerelle

Baby! La procédure normale, les US et COUTUMES, comme on dit, voudraient que je te demande de tes nouvelles, mais comme t’as le soleil qui reflète sur tes cuisses sur toutes les photos que tu posts jusqu’à présent et qu’on attend le soleil à peu près dix mois par année, ensemble dans mon salon frette, je prends pour acquis que tout est safe and sound pour toi et que t’es prêt à écouter mes chichis! T’es en vacances anyways, t’es relax, t’as rien que ça à faire de me lire. Non, je vais pas FaceTimer, j’ai envie de prendre la plume ce soir pour t’écrire, mon chhhherrrr amour qui grandit tous les jours, je suis poète côline de bines j’ai l’œil qui saute dans son orbite pis oui, c’est du manque de sommeil, mais du manque de sommeil dont je me crisse ben raide parce qu’il est pas relié à mon angoisse, mon angoisse fait dodo. Heyyy oui! Je t’écris en catimini de mon angoisse qui se racle le fond de dodo dans un coin de mon esprit donc dull dont je me sacre en ce moment. À bien y penser, je sais pas si ça se dit « chichi » pour ce pour quoi je t’écris, mais je m’en fous, il est tard pis j’ai pas encore ouvert mes notes de quoi que ce soit parce que j’arrête pas de repenser à la fin de semaine que j’ai eue pis en même temps que d’être pleine d’énergie je suis complètement vidée. T’es mon best, subis-en les conséquences. Il suffit pas de venir chez moi boire tout mon thé et fumer toutes mes cigarettes pour être mon best, mon best. WHO LET THE DAMN DOGS OUT leeeel

Voici, c’était mon prologue à mon message. L’histoire commence.

Je m’excuse, j’ai encore trop bu de café pour finir d’étudier. C’est pour ça que je t’écris, pour pas faire ce que j’ai à faire pis pour te compter ma fin de semaine à cause de laquelle j’ai pas fait ce que j’avais à faire. ALORS DONC JE COMMENCE. Je t’invite à mettre tes lunettes soleil et à prendre une petite gorgée de mawrgawritawww, peut-être que ce sera long.

Ça a commencé par moi qui s’installe à l’ordi vendredi matin comme une fille de mon temps des années ’20 pour prendre mes messages. Ça flashait déjà à 200 à l’heure sur mon cell, mais qu’est-ce que tu veux j’ai cent ans, je m’assois avec le petit café pour lire le petit courriel. Y’était 8hres du matin et pour ma défense de gone girl, on s’était couchées à 4h la veille parce que l’avant-veille c’était jour de fête. Fête comme on les aime, fêtes qui n’en sont pas sauf quand on décide que BAM, c’est fête.

Je sais que depuis le début de l’année, chaque fois qu’on se parle, je fais juste mettre une cassette sur repeat de moi qui dit que j’haïs mon programme pis surtout tout le monde qui a dedans. Je sais. Mais je t’avais aussi déjà parlé du seul ami que je m’étais fait? Il s’appelle Charles. Il m’a vue connectée vendredi matin 8heures, signe que je ne suis pas la seule pour qui c’est possible. Il m’a demandé si j’avais des plans pour la journée. L’envie de le revirer de bord était, ma foi, très prenante, j’avions encore les yeux collés de dodo, tu comprends-ti la patente? Finalement, je lui ai avoué que c’était ma première fin de semaine de congé depuis le début de l’année et que j’avais pas de plans sauf d’étudier et que ça m’apaisait vraiment la tête et le corps de me dire que je pouvais me lever à l’heure que je voulais toute la fin de semaine… t’sais la fille tellement relaxe que finalement elle se lève à 8h… En toué cas. Je vais essayer de raccourcir un peu ça là, tu dois avoir hâte d’aller dans la piscine. Bref, il me dit qu’il est avec son ami belge qui s’appelle Karl et qu’ils s’en vont au chalet de ses parents pour la fin de semaine et qu’ils m’invitent et que si je veux, ils peuvent passer me prendre dans trente minutes. Le fait que Karl soit belge a pas vraiment rapport, sauf quand il fait des calls comme quoi qu’il ressemble à une capsule ou un comprimé vue qu’il a le teint très pâle et qu’il est rasé. J’aurais dit Tylenol.

Trente minutes plus tard, je suis assise dans les marches en face de l’appartement avec mon petit pack sack entre les jambes, je les attends dehors parce que je veux pas qu’ils sonnent et qu’ils réveillent Marianne. Je lui ai écrit une note qui fait état de ma renaissance et ça pèterait tout si elle me voyait partir. « Je suis partie dans un chalet avec des inconnus. Peut-être qu’il y aura pas de réseau. Si mes parents t’appellent parce que je donne pas de nouvelles, dis-leur leur fille est redevenue celle qu’elle était. On se revoit dimanche. Je t’aime. » Te souviens-tu quand tu venais me chercher le vendredi soir en finissant de travailler pis que même si y’était 22 :00 on considérait pas que la soirée était finie? Ben j’essaie de retrouver ce minding-là, c’est compliqué, souvent, mais là, pour une fois, ça marchait pis j’en avais envie. Ma vie est pas finie, Yann! Ma vie est pas finie! Et c’est tellement le best pour mon avenir, que ma vie soit pas finie! Hahahaha OK

Dans l’auto, on fait juste diiiire de la marrrdeee, on est doooont contents d’être contents, il fait pas super beau, mais on s’en fout, on a des lunettes fumées qu’on s’échange et on ouvre les fenêtres pour laisser passer l’air entre nos deux oreilles. Se faire ventiler les idées. Je sais même pas où on s’en va pis combien de temps ça va nous prendre pour s’y rendre, d’habitude je suis toujours entrain de calculer mes collations, pis mes minutes qui me séparent je sais-pas-trop-quoi, mais j’ai cette impression-là que ces gars-là sont tout ce dont j’ai besoin pour le moment, je respire en regardant dehors pis c’est même pas pour me donner un air mélancolique. Le système de son de l’auto est scrappe, la musique joue sur un ghetto blaster installé à côté de moi sur le siège en arrière, ça joue fort dans ma poitrine. J’t’une chienne qui branle la queue pis qui regarde dehors la langue sortie. Je connais pas vraiment ces deux gars-là, mais leur présence est apaisante. On arrête à chaque heure se prendre un café pis courir dans le stationnement. Je sais tellement pas quand est-ce que mon cerveau a décidé de shut down pendant cette fin de semaine-là, mais c’est arrivé. Mon moment à moi que j’ai pas à partager, y’a rien d’obligé, je peux leur dire ce que je veux pis je décide de leur dire la vérité.

Au chalet finalement y’a des parents ils me serrent dans leurs bras comme si je faisais partie de la famille. Sont donc contents d’avoir de mes nouvelles pis que je passe les voir. On rit. On reste pas à l’intérieur, on s’habille chaudement pis on va marcher dans le bois. On parle des fois, les gars prennent des photos de feuille pis d’arbre pis de moi des fois. On déconne on court encore, je cueille des roches pis je leur donne des noms. Personne trouve ça drôle ça tombe bien parce que c’est pas des jokes. Un moment donné vient le temps de grimper un petit mont. En plein milieu de l’ascension j’suis frue, je me sens devenir la face toute rouge pis j’ai plus envie d’avancer, c’est le moment où tout devient plus sombre pis que mon orgueil embarque dans une journée où j’avais même oublié qu’existait encore en quelque part ce concept de marde-là qui s’appelle l’orgueil très mal placé. J’suis bockée, j’ai trois ans pis je veux pus avancer. « Allez-y sans moi, je vais vous attendre ici. » Les gars reviennent sur leurs pas, me demandent ce qui se passe pis je pourrais leur dire n’importe quoi, mais je choisis encore de dire la vérité. « J’ai peur de devenir toute rouge pis d’avoir chaud, pis là vous prenez des photos pis ça me stresse. » Ils rient pas. Charles dit : «Moi, j’ai un très long front.» Karl dit : «Et moi de très grandes oreilles.» Je ris. Ils me font signe de m’en revenir. On repart pis on en reparle pas. Rendue au sommet j’suis fière que les sentiments bousilleurs l’aient pas emporté sur les plus nobles, pour une fois.

On a soupé tout le monde ensemble pendant quatre heures et on riait tellement fort qu’on a rendu tout le voisinage jaloux, chu sûre. Le reste de la fin de semaine s’est passé sur le bord de l’eau avec des grosses couvertes, y a eu du café, des crêpes, des compliments, des promesses, des souvenirs partagés, des siestes, deux feux de foyer, des clins d’oeil. Pas de complexes ni de sous-entendus. Je suis tellement chanceuse d’avoir pu pouvoir me permettre de partir pendant de ma vie pendant 36hres, d’aller sneak peak dans une autre vie pis de revenir dans ma vie avec tout le … je sais pas quoi mais j’ai envie d’écrire le +++++++++… hahaha. Crime qu’on est ben icitte. Les quatre saisons pis tt… ahhahaha

T’sais je sais bennnn que la vie, ça se passe pas dans un chalet à chercher cette effervescence-là non-stop ni de penser que tout le monde il est donc fin et tout le monde il est bien gentil, mais des fois, se dire que ça se peut en quelque part, en dehors de ce qu’on vit chaque jour, ça fait vraiment la différence pour retourner affronter le reste. Des petits breaks de pessimisme pis de palpitations, esti que ça se prend ben. Se fier à son instinct pis ses envies, essayer d’avoir moins peur juste pour voir ce que ça donne. Pas essayer de trouver les failles de chaque personne à la première rencontre. Prendre des affaires comme l’amabilité pis les bonnes intentions pour acquises. Peut-être que le feeling va pas rester pis que je vais retomber rapidement. Je t’écris souvent quand j’suis triste pis quand je me relis quand j’suis triste je me dis cawwline, j’tais déjà triste pis j’t’encore triste. C’est pour ça que je t’écris, pour me relire quand je serai entrain d’encore essayer de me convaincre qu’il existe rien de simple ni appréciable dans’ vie.

57340006

Who let the god damn dogs out. leeeel